• Mathilde Bon

A la découverte du Réseau de lecture

Après vingt heures de bus, un chauffeur un peu fou et pas mal de montées d'adrénaline, nous arrivons finalement à Pasto, capitale du département de Nariño, à la fin du mois de novembre. De là, nous quittons l'atmosphère des grandes villes pour nous diriger vers la zone rurale, afin de rendre visite aux sept veredas (hameaux) avec lesquels Lectures Partagées travaille depuis quelques années.


San Francisco Bajo, petite vereda d'environ deux cents habitants, est la première à nous accueillir. Nous sommes logés dans l'école, lieu géographiquement central dans la vereda et espace de rencontre entre les habitants pour tout événement particulier.


C'est pour nous une place privilégiée pour rencontrer les habitants, puisqu'elle nous permet de passer du temps avec les enfants de l'école, de discuter avec les parents, d'assister de loin aux cours d'aérobic des aînés, de constater le mélange de générations que suscitent les cours d'informatique, de projeter des films le soir pour les adolescents qui ont l'habitude de se réunir, sans beaucoup d'autres activités que celle d'être ensemble (si ce n'est parfois d'aller à la discothèque de la prochaine vereda), ou encore d'organiser des réunions avec la communauté.


C'est également dans l'enceinte de l'école que se trouve la bibliothèque communautaire, et là encore, y vivre quelques jours nous permet d'être témoins de tout le travail réalisé par plus de vingt mères de familles et les deux professeures de l'école pour faire vivre cet espace, offrir aux enfants l'accès aux livres et aux jeux, et leur transmettre avec un succès indéniable le goût pour la lecture.


J'ai bien conscience que notre venue constitue justement cet événement particulier qui bouleverse un peu la routine quotidienne et qui amène les gens à se réunir. Mais malgré le caractère exceptionnel de notre présence, je suis convaincue qu'il existe ici cette force d'action et de mouvement, ce dynamisme que j'ai ressenti ces quelques jours. Il y a parmi les habitants une effervescence d'idées et de projets, d'envie de se rassembler, de travailler ensemble à faire vivre cette région et à améliorer les conditions de vie de ses habitants, des jeunes en particulier.


Mais si l'énergie est là, il reste qu'il est extrêmement difficile de développer des projets communautaires, par manque de ressources souvent, et parce que dans une société où l'individualisme et la compétitivité sont dressés comme des qualités indispensables à la survie des individus, s'unir est une habitude qui s'est perdue.


En ce sens, le travail de Lectures Partagées me semble être une opportunité intéressante pour faciliter aux communautés la réalisation des projets qu'elles souhaitent mettre en place. Il ne s'agit pas d'amener aveuglément un projet, encore moins de l'imposer, mais plutôt de soutenir des actions communautaires à travers le partage, le transfert de ressources que nous avons le privilège de posséder.



Qu'il s'agisse de ressources économiques, d'un plus grand accès à l'information, ou encore de la mise en place de réseaux d'échanges de connaissances entre personnes d'une même région, j'ai l'espoir que le travail de terrain qu’effectue l'association, et auquel je participe en ce moment, permette de comprendre, d'identifier et finalement de répondre au mieux aux besoins des habitants.

Posts à l'affiche
Publications récentes