• Cristina Muñoz

Progrès des jeunes musiciens en herbe à Nariño


L’école de musique a commencé avec des balbutiements pas très prometteurs. En effet, il est difficile de faire comprendre aux enfants et aux parents, l’importance d’être ponctuels et de travailler les leçons apprises à la maison. Albeiro Ahumada, un des professeurs de l'école de musique, a été découragé plus d’une fois par le manque de rigueur et d’engagement des jeunes à qui il donnait des cours.


Mais sa persévérance a finalement porté des fruits. Sous prétexte de la fête de la musique paysanne, il a motivé ces jeunes élèves à créer un groupe pour se présenter en public pour la première fois. Ainsi, un groupe de 10 jeunes garçons s’est durement entraîné pendant 3 mois et s’est présenté avec un grand succès à la Fête de la Musique Paysanne, organisée par la Radio Communautaire.


Suite à cette expérience positive, Albeiro nous confie avoir remarqué une différence avec tous ses autres élèves. Soudainement, ils ont commencé à arriver à l’heure pour les cours et à progresser dans les exercices. Motivés par ce groupe de jeunes qui a réussi à s’imposer une discipline, les autres élèves comprennent enfin l’intérêt de travailler et de persévérer.


Les cours se poursuivent depuis mieux que jamais, et nous espérons voir bientôt plus de groupes jouer en public et montrer qu’il est possible avec un peu d’entraînement et de patience faire des grands pas.


Projet Ecole Rurale de Formation Musicale

Municipalité de La Florida, Nariño, Colombie


En 2018, l’école rurale de formation musicale accueille 38 élèves, des enfants et des jeunes provenant des hameaux de Pescador Bajo, Matituy, San Francisco Bajo et Quebrada Honda. Les cours hebdomadaires et gratuits de guitare, requinto, piano, percussion et chant sont délivrés par Albeiro Ahumada et Oscar Burbano, deux musiciens autodidactes de la région, dans les bibliothèques-centres communautaires des différents hameaux.


L’école de musique permet aux enfants et jeunes de la région d’occuper leur temps libre de manière saine et constructive. La pratique d’un instrument de musique constitue pour les enfants et les jeunes une alternative positive à la consommation de drogues, à la violence et à d’autres pratiques destructrices.


Il s’agit aussi d’un bon moyen de valoriser les expressions artistiques locales et autochtones (musique paysanne) tout en promouvant d’autres genres musicaux (musique tropicale, musique andine, rock, rap, …) qui enrichissent également les dynamiques culturelles de la région.


Pour en savoir plus sur ce projet:



Posts à l'affiche
Publications récentes