• Loïc Frey

Lettre aux donateurs

Chères donatrices, chers donateurs,


Merci, merci et encore merci pour votre soutien indéfectible… Et nous ne mâchons pas nos mots ! Grâce à votre générosité, La Tulpa est née : une association solidaire regroupant près de 50 familles du sud de la Colombie, vivant dans le département de Nariño.

Ce n’est un secret pour personne que la Colombie, suite aux accords de paix signés en 2016 entre le gouvernement et les FARC, se trouve aujourd’hui à un moment charnière de son histoire. D’autant plus lorsque certaines régions sont laissées aux oubliettes par les autorités et dépendent donc essentiellement de leurs propres moyens pour aller de l’avant.


Dans ce contexte, La Tulpa prend gentiment son envol, accompagnant toutes ses familles dans la transition vers l’agroécologie et leur permettant de vendre leurs produits à des prix justes, à travers des canaux de commercialisation que garantissent l’équipe de coordination. Tout ceci n’existerait pas sans vous.

Sans aucun doute, l’association a encore de nombreux défis à relever. Toutefois, dernièrement, nous avons nettement amélioré le volet commercialisation. En effet, on peut revendiquer, non sans fierté, que l’association réalise des ventes supérieures à 11 millions de pesos et distribue pas moins d’une tonne et demie de nourriture biologique par mois. Dans un contexte où les us et coutumes prennent en compte essentiellement « le beau et bon marché », et bien c’est une sacrée victoire !

Comme dans toute autre association, entreprise ou projet, les chantiers en cours ne manquent pas à La Tulpa. A présent, il va nous falloir axer nos efforts sur les deux autres piliers de La Tulpa : la production et l’organisation, deux volets qui vont de pair.


En effet, les mentalités n’avancent pas toujours au même rythme que la vision du projet. Du coup, pour que tout les intégrants de l’organisation soient sur la même longueur d’onde, il faut laisser le temps au temps, comme on dit ; en contribuant toutefois à permettre aux processus organisationnels de se développer de manière harmonieuse en y prêtant un œil attentif et en y participant quand il est nécessaire.

Les conditions de production des paysans à Nariño sont ardues, car les infrastructures sont précaires, la main d’œuvre de moins en moins disponible (exode rural des jeunes), les prix du transport souvent exorbitant, tout comme leur fréquences… Quelques kilomètres à parcourir depuis leur ferme vers un point de distribution peuvent parfois être la croix et la bannière !


Du coup, clairement la capacité productive des intégrants de La Tulpa (producteurs), ainsi que le temps qu’ils ont consacré à l’organisation sont parfois réduits, sachant qu’ils sont également, pour certains d’entre eux, engagés dans d’autres causes politiques ou communautaires. Ceci explique les progrès encore réalisables en matière d’organisation et de production.


En somme, on est sur les rails et ça c’est de bon augure pour la suite ! Le contexte socio-économique ne présente pas un terrain de travail véritablement favorable pour le développement d’un projet aussi ambitieux que La Tulpa et pourtant on est en train d’y arriver.


Allez, on compte sur vous pour continuer à nous donner cette impulsion, cet appui sans lequel notre travail sans relâche ne serait qu’utopie… Merci encore et passez de belles fêtes de fin d’année !


Loïc Frey

Chargé de mission et membre de l’équipe de coordination de La Tulpa

Posts à l'affiche
Publications récentes