• Ana Isabel Cortés Fajardo

La Tulpa : la pandémie (suite) et la grève nationale


Les effets de la pandémie sur La Tulpa n’ont pas été négligeables. L’association comptait réduire ses livraisons à domicile et promouvoir les ventes locales dans le magasin de La Tulpa. Mais avec l’arrivée de la pandémie, les habitant·es ont craint de se déplacer, ce qui a eu pour conséquence d’augmenter les livraisons de produits à domicile. L’équipe de coordination de l’association a su adapter ses stratégies de vente pour pouvoir continuer à proposer ces livraisons à domicile.


Les obstacles se sont multipliés : il y a eu des cas positifs parmi les membres de La Tulpa et au sein de l’équipe de coordination, il y a même eu des fermetures des points de vente et des problèmes de transport à certaines périodes… Malgré cela, la gestion de cette crise par La Tulpa a été irréprochable. Les familles paysannes ont continué à produire des aliments sains et le transport et la commercialisation des aliments a pu se poursuivre dans le respect de toutes les mesures de sécurité.


Outre la pandémie, la Colombie a connu en 2021 une mobilisation sociale historique dans tout le pays. Des millions de jeunes, d’enseignant·es, de salarié·es, de paysan·nes, d’afrodescendant·es et d’indigènes ont manifesté, d’abord contre une réforme fiscale dont l’une des conséquences était l’augmentation de la TVA sur le panier alimentaire de base. Mais les manifestations n’ont pas cessé, même après l’annulation de cette réforme. La société civile a poursuivi sa mobilisation : entre autres revendications, elle a manifesté son mécontentement à l’égard du système de santé ; elle a demandé un système de retraites décent et davantage de ressources pour l’éducation publique ; elle s’est opposée à la dynamique de concentration des terres ; et elle a dénoncé l’assassinat de leaders sociaux et la brutalité policière.

La grève nationale a eu des conséquences très concrètes sur la vie de La Tulpa : les transports publics ont été bloqués et interrompus, ce qui compliquait ou empêchait le transport de produits depuis les fermes jusqu’à la ville de Pasto. Les familles paysannes ne pouvaient pas se déplacer jusqu’en ville. Les prix du gaz, de l’essence, des intrants agricoles, du blé et du maïs ont commencé à augmenter fortement, ce qui a sérieusement affecté les paysan·nes et les consommateur·rices. La Tulpa a donc connu des moments où il était impossible de transporter les produits jusqu’au magasin principal et où la clientèle ne pouvait être servie. Fort heureusement, La Tulpa a réussi à assumer les coûts supplémentaires de transport pendant cette période.

Malgré les importants changements survenus pendant cette période, l’association paysanne est restée fidèle à sa mission et a montré à quel point elle est engagée dans son projet de production et de commercialisation de produits biologiques. Les familles paysannes ont su faire preuve d’ingéniosité, de persévérance, de solidarité et de résilience dans des moments très difficiles où régnaient la peut et l’incertitude.


Ana Isabel Cortés Fajardo

Stagiaire de Lectures Partagées



Posts à l'affiche
Publications récentes
Suivez-nous sur...
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
Archive