• Cristina Muñoz

Revenir en suisse


Cristina à l'atelier de semences avec les enfants

Pendant 5 ans, nous avons fait notre vie en Colombie dans le petit village de Matituy. Ce furent de très belles années, nous y avons construit des amitiés et déconstruit des certitudes qui nous ont permis de donner un tout autre tournant au travail de Lectures Partagées. Nous avons appris tout ce que nous savons aujourd’hui sur le travail agricole et collectif, nous avons pu comprendre et désapprendre tout ce que nous savons sur les réalités socio-économico-culturelles de nos voisins à Matituy. Tout cela nous a permis de contribuer à la création de la Tulpa, ce rêve ambitieux, né de l’amitié et de discussions avec Billy, Doralia, Pacho, Jairo et tant d’autres.


Ce furent aussi des années difficiles, d’engueulades, de frustrations et de déchirements. De maladies et de casse-têtes administratifs, de queues à la banque ou chez le notaire, de voyages interminables sur des routes cabossées. Des années où nous avons consacrés absolument toute notre énergie et notre temps au travail d’accompagnement des projets de Lectures Partagées.


Et puis, nous avons décidé de revenir, de lâcher prise, de laisser La Tulpa continuer sa route sans nous. Nous avions bien sûr des projets personnels - deux bébés en route - mais surtout, nous n’étions pas dupes : La Tulpa dépendait trop de notre présence et de notre gestion. Si nous voulions être conséquents avec le projet que nous avions imaginé, il fallait partir, s’extraire du quotidien de l’association.


Nous voilà en Suisse depuis près de trois ans. Notre vie a bien changé. Plus de maison dans un petit village, plus de jardin, ni de voisinEs-amiEs-collègues auprès de nous. Nous habitons dans un appartement en ville et notre quotidien s’organise autour d’un travail avec des horaires définis et surtout de cette expérience vertigineuse qu’est devenir parents. Les couches, les repas, les lessives, les câlins, les jeux, les dodos clairsemés.


Et pourtant la Colombie, La Tulpa et Matituy sont toujours dans nos vies. Nous continuons à rencontrer nos amiEs par écran interposé. Chaque semaine nous passons plusieurs heures au téléphone avec Oscar, le chargé de mission pour Lectures Partagées à Pasto afin de l’accompagner dans le suivi du projet. Quand nous avons des idées ou des questions nous les partageons avec Billy, paysan-fondateur de la Tulpa qui est aujourd’hui chargé de l’accompagnement technique et sollicite régulièrement notre point de vue. Quand Doralia est accablée, elle nous appelle en larmes nous tachons de lui donner du courage : la vie des paysanNEs de Nariño est souvent dure. Quand nous sommes nostalgiques nous mettons de la musique de Nariño et nous dansons avec nos enfants dans les bras.


Le retour en Suisse a aussi été pour nous l’occasion de prolonger notre passion pour l’agriculture de manière plus personnelle : Cristina est devenue maraichère dans une petite ferme biologique de la campagne genevoise et nous cultivons ensemble un bout de terrain en Valais. Ces expériences se nourrissent de nos années dans la Colombie rurale et nous permettent en retour de partager avec les membres de la Tulpa les pratiques innovantes qui se développent de ce côté de l’Atlantique.

Nicolas dans la serre de Holmer à Duarte

La Colombie semble loin maintenant tout de même. La Tulpa poursuit sa route et continue à se construire dans un contexte très difficile (grèves et répressions violentes, COVID-19). Nous regardons et ressentons, l’enthousiasme, l’espoir ou la fatigue de nos amiEs sur place. Nous constatons avec un mélange d’étonnement, de jalousie et de joie que tout se passe très bien sans nous. Et nous apprenons tous les jours à lâcher prise, parce que nous n’aurions pas fait de telle ou telle manière, parce que nous voudrions parfois être là -bas.


Cristina Muñoz et Nicolas Veuthey

Chargés de projet





Posts à l'affiche
Publications récentes
Suivez-nous sur...
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
Archive